Page 4 - Le Médecin Radiologue de France - Hors-série Chicago 2013
P. 4

   RSNA 2013
Les médecins radiologues peuvent s'interroger sur l'impact d'Imaging 3.0 sur leur avenir. Deviendront-ils obsolètes ou plus efficients? L'équipe d'Imaging 3.0 citant Charles Darwin leur rappelle que "ce n'est pas le plus fort de l'espèce qui survit, ni le plus intelligent, mais celui qui s'adapte le mieux au changement".
Les résultats attendus de ce projet sont :
• Pour les patients : un accès à l'imagerie sans restrictions
ou pénalités imposées par le payeur, une meilleure information des procédures y compris les risques et les alternatives, une meilleure compréhension des résultats des examens, un dossier "portable" pour les responsabiliser.
• Pour le médecin correspondant : des supports à la décision sans surcoûts, un accès aux informations pour éviter les examens redondants, un retour d'information pertinent, des recommandations pour le suivi.
• Pour le médecin radiologue : l'intégration totale dans le parcours de soins du patient, la confiance dans les recommandations, la satisfaction professionnelle et un avenir conforté pour l'imagerie médicale.
Ses concepteurs conçoivent Imaging 3.0 comme un appel à tous les médecins radiologues pour qu'ils prennent le leadership dans l'évolution du système de soins américain.
L'ensemble des problématiques développées par Imaging 3.0 se retrouve, à quelques modalités près, en France. Dans notre pays, la FNMR, seule ou en partenariat avec le G4, a engagé de nombreux axes de réflexion et d'action pour préparer l'avenir de l'imagerie médicale (Projet professionnel commun, labellisation, rôle du patient, réflexions sur les modèles économiques de certaines techniques, etc). Le projet Imaging 3.0 montre que les médecins radiologues américains sont dans une problématique similaire. La démarche de l'American Collège of Radiology qui formalise l'intégration des différents outils, des réflexions conduites peut inspirer la profession en France.
Les médecins radiologues américains et français sont confrontés aux mêmes défis, dans des environnements économiques et institutionnels différents mais peuvent sans doute emprunter les mêmes chemins pour faire reconnaître le rôle de l'imagerie dans la chaîne de soins et dans le système de santé. n
Wilfrid VINCENT
Délégué général de la FNMR
     Nombre d’examens de scanner et d'IRM
pour 1000 habitants aux Etats-Unis et en France
   IRM Nombre d'examens pour 1000 habitants (OCDE 2013)
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
A l'hôpital
Etats-Unis
46,0
48,9
49,5
46,7
44,3
46,2
51,0
France
18,6
19,8
23,0
24,4
28,7
30,7
34,0
En ambulatoire
Etats-Unis
39,6
40,2
41,8
46,7
51,5
51,4
51,7
France
18,2
21,1
23,9
26,4
29,5
33,5
Total
Etats-Unis
85,6
89,1
91,3
93,4
95,8
97,6
102,7
France
38,0
44,1
48,3
55,1
60,2
67,5
                     A l'hôpital
Etats-Unis
Scanner Nombre d'examens pour 1000 habitants (OCDE 2013)
 2005
    159,7
2006
170,9
2007
184,9
2008
192,0
  82,7
2009
199,2
2010
206,6
92,4
2011
212,1
         4
Supplément au numéro 363 Novembre - décembre 2013
France
En ambulatoire
Etats-Unis
France
Total
Etats-Unis
France
67,6
35,2
194,9
70,8
36,9
40,0
207,8
110,8
76,4
43,2
43,6
228,1
120,0
48,3
47,0
240,4
129,6
88,8
53,5
49,5
252,6
138,4
58,2
53,1
264,8
145,5
98,2
61,6
56,3
273,8
154,5
                                          
   2   3   4   5   6