RAPPORT SANTÉ PUBLIQUE FRANCE : EVALUATION DU PROGRAMME DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN

19/02/2019
Évaluation du dépistage organisé du cancer du sein

Rapport Santé publique France : Évaluation du programme de dépistage organisé du cancer du sein - Résultats et évolution des indicateurs de performance depuis 2004 en France métropolitaine. 02/19

Le programme de dépistage organisé du cancer du sein a pour objectif de réduire la mortalité de ce cancer en le détectant à un stade précoce. En France, depuis 2004, les femmes de 50 à 74 ans sont invitées, tous les 2 ans, à effectuer une mammographie bilatérale de dépistage et un examen clinique des seins. Les clichés sont lus par un premier radiologue (L1) et complétés si besoin par un bilan immédiat. Tous les clichés normaux lors de la L1 sont relus par un deuxième radiologue expérimenté (L2).
L’objectif de ce rapport est de présenter la performance de ce programme sur la période 2004-2014.

Matériel et méthodes

Les données sont recueillies chaque année par les structures départementales de dépistage et transmises à Santé publique France. Les indicateurs de performance du programme sont calculés pour estimer l’activité de dépistage, les résultats des dépistages et les cancers détectés.

Résultats

Après une phase d’augmentation (2004-2008) puis de stabilisation (2008-2012), le taux de participation a diminué et atteint 50,1 % en 2016. Il est très variable d’un département à l’autre. Les dépistages positifs avant bilan en L1 ou L2 ont diminué de 13,5 % en 2004 à 8,7 % en 2014. À l’issue de la procédure de dépistage, le taux de cancers détectés est stable (7 ‰ en 2014). En 2014, pour 1 000 femmes dépistées, étaient détectés : 1,0 cancer canalaire in-situ, 1,9 cancer invasif de petite taille et 3,9 cancers invasifs sans envahissement ganglionnaire. Ces résultats sont stables depuis 2004. La valeur prédictive positive d’un résultat positif avant bilan, en augmentation constante depuis 2004, était de 8,5 % en 2014. L’ensemble des résultats aux différentes étapes du programme de dépistage varient selon le rang du dépistage et l’âge.

Conclusion

La plupart des indicateurs de performance attestent de la qualité du programme français, condition nécessaire à une réduction de la mortalité. Bien que la quantification précise du dépistage hors programme reste difficile, elle sera nécessaire pour mieux appréhender la réalité du dépistage du cancer du sein par mammographie en France.

Télécharger l'intégralité du rapport
Vous pouvez lire aussi : Arrêté du 22 février 2019 modifiant l’arrêté du 29 septembre 2006 relatif aux programmes de dépistage