LETTRE INFORMATIQUE SPECIALE COVID-19

16/03/2020

A ce stade de l’épidémie de COVID 19, les recommandations de la FNMR, du 5 mars, celles de la SFR publiées la semaine dernière sont plus que jamais indispensables à appliquer. Elles seront mises à jour si nécessaire. Des études documentées (comme celle-ci)  montrent que l’importance de cette épidémie est très certainement largement sous-estimée.

Nous devons nous préparer et préparer nos structures à un bouleversement de leur organisation.

Sur le plan de la prise en charge des patients en faisant tout pour faire face à l’afflux des examens. Nous devons nous protéger et protéger nos collaborateurs, manipulateurs et secrétaires, directement au contact des patients potentiellement infectés.

Il est donc fondamental de prévoir des espaces séparés dans les salles d’attente, d’organiser des horaires spécifiques pour la réalisation des examens de ces patients.

La protection physique du personnel repose sur l’éloignement des patients à risque. Il faut donc aménager une distance de sécurité d’au moins 1 m entre le patient et la secrétaire ou le manipulateur ou médecin qui réalisent l’examen. Pour les secrétaires, le retour au principe des anciens hygiaphones est fortement conseillé.

Le port de masques est recommandé et surtout le masque filtrant type FFP2 ou en alternative le masque chirurgical seulement. Le seul problème est que ceux-ci ne sont pas disponibles….

Sur le plan strictement médical, les recommandations de la SFR, du RSNA, de l’ACR… montrent que seul le scanner thoracique est pertinent en cas de décompensation respiratoire. Cependant, il semble difficile de refuser systématiquement de pratiquer des radiographies conventionnelles pulmonaires, surtout si le patient est déjà présent au centre d’imagerie et/ou si l’accès au scanner est impossible ou difficile à organiser. Pour éviter un afflux de demandes de radiographies thoraciques non pertinentes, nous vous invitons à transmettre à vos médecins demandeurs les recommandations de la SfR suivantes 

C’est à chacun de trouver la meilleure solution garantissant la meilleure prise en charge de nos patients sur le plan strictement médical sans oublier l’inévitable anxiété qui va certainement croitre chez eux.

Sur le plan de l’organisation des équipes, le document joint montre que pour les professionnels de santé un accueil des enfants est prévu dans les établissements scolaires.

C’est une information importante qui est, hélas, peu ou pas diffusée. Le Premier Ministre l'a confirmée dans son intervention du samedi 14 mars au soir. (cf arrêté du 14 mars en PJ)

Sur le plan financier, il y a un risque de blocage partiel de nos structures en cas d’absence de personnel ou de médecins. En revanche, nos charges, elles, continueront à courir.

La FNMR va donc officiellement interroger Interfimo, qui est un acteur important dans le financement de beaucoup de cabinets, afin de voir comment il serait possible de décaler des remboursements d’emprunts.

La FNMR va également demander un moratoire à la CNAM pour mettre entre parenthèse les objectifs du protocole « pertinence » le temps de cette épidémie.

Il est malheureusement évident que cette liste n’est pas exhaustive et que d’autres problèmes ou questions vont se poser.

Faites-nous remonter vos questions. Nous essaierons, dans la mesure du possible de vous apporter des réponses.

Bon courage.

Le bureau de la FNMR

16 mars 2020

PJ Fiche DGS Garde des enfants



Documents de l'article
  1584371596_FicheEnfants.pdf