LETTRE INFORMATIQUE N°800 - 30/04/2020

11/06/2020

Enquête FNMR

L’enquête de la FNMR a recueilli plus de 800 réponses, elle est donc représentative.

77% des radiologues libéraux ont reçu et diagnostiqué des patients suspectés ou atteints de COVID 19.

80% des radiologues libéraux ont pâti de l'insuffisance criante des moyens de protection dans les cabinets de radiologie, pour eux-mêmes, les manipulateurs et les secrétaires.

Les résultats de cette enquête montrent aussi que la crise liée au COVID 19 affecte très profondément tous les cabinets quelle que soit leur taille tant sur le plan de l'organisation que sur le plan financier.

Le communiqué de presse de la FNMR, l’analyse et la synthèse de l’enquête sont disponibles sur le site FNMR Covid.

Ils sont à votre disposition pour les faire circuler largement, auprès de nos collègues (syndiqués ou non) mais aussi à vos contacts de presse locale ou régionale, à vos ARS qui ont souvent des « problèmes d’information ».

Communiqué FNMR - l'imagerie médicale libérale est en grave péril https://bit.ly/2W8zg3E

Résultats de l’enquête avec camemberts https://fnmr.app/enquete-covid-19-resultats-v3/  



Compensation des charges

Le Gouvernement et la caisse ont publié un communiqué décrivant leurs largesses envers les médecins libéraux. En voici quelques extraits :

«  le Gouvernement a décidé de la mise en œuvre d’une aide destinée à compenser les charges de fonctionnement des professionnels de santé libéraux, lorsque ces derniers sont conventionnés avec l’Assurance maladie et en tirent une part substantielle de leurs revenus » «  le Gouvernement a considéré central que l’Assurance maladie puisse aider les professionnels de santé libéraux en ville pendant cette période d’activité réduite ou à l’arrêt, afin qu’ils puissent en surmonter les conséquences économiques. » 

«  L’aide permettra de garantir que chaque professionnel de santé libéral conventionné connaissant une baisse d’activité puisse percevoir une aide lui permettant de faire face à ses charges. L’assurance maladie versera ainsi une aide économique différentielle, tenant compte des revenus perçus pendant la période de confinement, et permettant de couvrir le niveau moyen des charges fixes supportées par chaque professionnel. Cette aide tiendra évidemment compte des éventuelles aides perçues par les 

professionnels au titre d’autres dispositifs (ex. chômage partiel des salariés ou recours au fonds de solidarité). »

Le taux de charges retenu pour les radiologues et accepté par 3 des syndicats dits représentatifs est de 49% pour nous, et 68% pour les chirurgiens ! Seul le SML critique cette décision.

La proposition de la FNMR demandant 1/12 de CA par mois de confinement, soutenue par Avenirspé et obtenue par la  FHP n’a pas été retenue par les autres syndicats qui se sont alignés sur les charges des spécialités médicales ou des généralistes.

Communiqué Ministère de la santé – compensation financière – 29/04/20

Communique CNAM - Aide aux professionnels de santé en ville  dans le contexte du Covid-19 – 30/04/20

Avenir spe « Plan de soutien à la médecine libérale :  le coup de grâce de la CNAM » - 30/04/20

Communiqué SML «  Compensation au titre des pertes d’activité : le SML considère que le compte n’y est pas » - 29/04/20


IRM de la pathologie maligne du pelvis féminin

E-learning recommandé aux radiologues souhaitant améliorer leur pratique en IRM du pelvis. 

Vous définissez les grands types de pathologies utérines et ovariennes. Vous établissez les protocoles. 

Vous travaillez la connaissance des principes d’interprétation, des principes de prise en charge clinique et chirurgicale. Vous travaillez également la connaissance du FIGO et les éléments clés d’une RCP d’oncologie pelvienne. Vous démarrez la formation immédiatement après paiement par carte bancaire.

Programme détaillé : 
https://forcomed.fr/catalogue/pelvis-feminin/imagerie-en-irm-de-la-pathologie-maligne-du-pelvis-feminin/

Tarif : 119 Euros. NB : Le coût de cette formation est pris en compte dans vos charges et sera ainsi déduit de votre résultat fiscal


HCSP – Prise de température

Dans le contexte de l’épidémie à Covid-19, le Haut Conseil de la Santé Publique évalue la pertinence de mettre en place un contrôle d’accès, par prise de température, dans les établissements recevant du public (ERP), les entreprises et administrations, les points d’entrée du territoire, au départ et à l’arrivée des avions, les établissements médico-sociaux, les lieux de détention, … 

Après analyse des données disponibles notamment épidémiologiques, des textes juridiques, le HCSP recommande de : 

Ne pas mettre en place un dépistage du Covid-19 dans la population, par prise de température, pour un contrôle d’accès à des structures, secteurs ou moyens de transport ;

Informer la population sur le manque de fiabilité de cette mesure systématique de la température ;

Rappeler l’intérêt pour les personnes de mesurer elles-mêmes leur température en cas de sensation fébrile, et plus généralement devant tout symptôme pouvant faire évoquer un Covid-19, avant de se déplacer, de se rendre sur leur lieu de travail, de rendre visite à un résident dans un EHPAD ou à une personne à risque de forme grave à domicile, de se rendre en milieu de soins, en milieu carcéral, ou dans tout ERP… ;

Privilégier l’autosurveillance, la déclaration spontanée et la consultation d’un médecin en cas de symptômes évocateurs de Covid-19. 

Développer des fiches d’information à l’attention de la population générale et des publics spécifiques (notamment EHPAD, milieu de soins, milieu carcéral…) ;

Insister sur la notion de responsabilité individuelle et l’importance primordiale du respect des mesures barrière. 

Avis   (449 ko) Date du document : 28/04/2020


COVID 19 – Carte de France des médecins contaminés

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/covid-19-la-carte-de-france-des-medecins-contamines?xtor=EPR-1-%5BNL_derniere_heure%5D-%5B20200426%5D&utm_content=20200426&utm_campaign=NL_derniereheure&utm_medium=newsletter&utm_source=qdm=


France Assoc Santé et masques

France Assos Santé appelle à la mise en ventes de masques « dans de nombreux points de vente et à prix raisonnable ».

« L’aspect financier ne doit pas être un frein à l’acquisition de masques. Des collectivités locales au gouvernement, c’est l’ensemble des pouvoirs publics qui doivent s’organiser pour mettre des masques à disposition de la population, y compris gratuitement pour que chacune et chacun puissent en disposer », souligne le représentant des usagers du système de santé.

Il rappelle également que des protections en tissu peuvent également être fabriquées à domicile en cas de pénurie, invoquant la position de différents experts en ce sens notamment le centre mondial de références des maladies infectieuses (le CDC d’Atlanta) ou l’Académie de médecine en France. France Assos Santé préconise enfin de ne pas attendre le 11 mai et d'ajouter le port du masque aux mesures barrières dès maintenant.


Téléradiologie

Nous vous rappelons que le Conseil Professionnel de la Radiologie (G4) soutient et contribue, tant au niveau national que régional et territorial, au développement de la téléradiologie qui est une organisation médicale de la prise en charge radiologique des patients, décrite dans le Guide du Bon Usage de la Téléradiologie élaboré avec le Conseil National de l’Ordre des Médecins en 2005. La téléradiologie s’inscrit dans le développement de la télémédecine, élément contributif à l’organisation des soins. 

Une nouvelle version de la charte de téléradiologie vient d'être publiée

 

https://fnmr.org/fr/article/charte-teleradiologie-g4-cnom-2020-04#.Xqr5tpk6-Uk



Rapport IRSN - NRD

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publie son sixième bilan triennal portant sur l’analyse des données dosimétriques transmises par les professionnels de l’imagerie médicale en application de la réglementation relative aux niveaux de référence diagnostiques (NRD). 

Ce bilan présente les résultats de l’analyse des données recueillies sur la période 2016-2018. 

Globalement, cette analyse montre une diminution des valeurs des indicateurs dosimétriques dans tous les domaines par rapport à la période précédente d’analyse (2013-2015). 

Cette diminution fait suite à plusieurs évolutions réglementaires introduites par l’arrêté du 23 mai 2019 en cohérence avec le renforcement des exigences au niveau européen et les recommandations émises de l’IRSN dans ses précédents bilans.

La très grande majorité des valeurs se situe en-dessous des NRD en vigueur depuis le 1er juillet 2019 (de l’ordre de 0 à 25 %). 

Concernant la pédiatrie, les données transmises sont, comme par le passé, trop peu nombreuses sur ce bilan pour permettre une révision des NRD à court terme.

https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20200428_Evaluation-dispositif-optimisation-doses-delivrees-aux-patients-en-imagerie-medicale-2016-2018.aspx


Trou de la sécurité sociale

Selon les prévisions de l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss) « le trou » devient un gouffre et s'élargit à 50 milliards d'euros de dettes pour la Sécurité sociale.

Fin mars, le plafond d'endettement avait été relevé de 39 milliards à 70 milliards d'euros. Entre les reports de cotisations, les annulations liées à l'explosion du chômage partiel, c'est un montant de 22 milliards d'euros qui ne devraient pas rentrer dans les caisses. Ce sera, à l'avenir, à la Cades (Caisse d'amortissement de la dette sociale) d'éponger une partie de cette dette.