EDITO - REVUE N° 418 DE NOVEMBRE 2018

16/11/2018
Edito LMRDF 418

A cœur de l'action

Le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 vient d’être voté, en première lecture, par l’Assemblée nationale.

Certains articles portent sur la pertinence des actes, notamment dans les hôpitaux. Cela confirme l’importance, pour notre spécialité, d’assurer le succès de l’accord trouvé avec la caisse d’assurance maladie. La phase initiale a porté sur l’imagerie dans les lombalgies. Il faut maintenant l’élargir aux autres domaines : les radios du crâne, du thorax et de l’abdomen sans préparation. Les fiches publiées dans cette revue, comme pour la lombalgie, vous aideront à informer vos correspondants des bonnes pratiques dans ces domaines. Elles ne représentent pas une nouveauté : certains reconnaitront les « RMO » des années 90 qui n’avaient alors pas posé de problèmes d’application.

Le PLFSS prévoit aussi la création des hôpitaux de proximité.
Ce concept, large, est une véritable opportunité pour nos cabinets qui assurent le maillage territorial. Ces futures structures devront disposer d’un plateau d’imagerie et de biologie. 40% des postes de radiologues hospitaliers sont vacants. Nous, médecins radiologues libéraux, devrons anticiper et proposer notre compétence en organisation du parcours de soins pour faire vivre ces structures. Nous ne devrons pas laisser la main aux hôpitaux dépendant des GHT qui voudraient nous imposer une organisation étatique dont nous savons qu’elle n’est ni efficace ni attractive.
La FNMR va lancer une réflexion sur ce sujet afin de vous proposer des solutions et des possibilités organisationnelles pour répondre aux besoins de prise en charge des patients sans exclure la radiologie libérale et sans laisser la main à des sociétés commerciales, notamment de téléradiologie.

Novembre est le mois du RSNA. Comme chaque année les radiologues français seront nombreux à découvrir les nouveautés en matière d’imagerie médicale.
L’intelligence artificielle y sera, encore plus que l’année dernière, à l’honneur. La radiologie française, grâce à l’existence de DRIM France-IA, notre écosystème d’IA français, a toute sa place au milieu de la réflexion internationale sur ce sujet. La FNMR fait d’ailleurs partie du groupe IA de l’Américan College of Radiology. Le directoire de DRIM France-IA est constitué et a débuté son travail. Il est composé d’un représentant de chaque membre du conseil professionnel de la radiologie (G4) et présidé par Bruno Silberman, Premier Vice-Président de la FNMR. Sa connaissance de la radiologie française et sa compétence permettront de mener ce projet et de développer cette innovation saluée par tous et portée par l’ensemble de la radiologie française. La FNMR apportera toute l’aide nécessaire à la réalisation de cet écosystème d’IA qui constituera une des plus grandes bases de données qualifiées d’imagerie au monde.

Comme toujours les médecins radiologues libéraux sauront relever ces trois nouveaux défis.

Dr Jean-Philippe Masson
Président de la FNMR