EDITO - REVUE N° 408 DE DÉCEMBRE 2017

08/12/2017
Édito LMRDF 408

Le cauchemar d’une médecine à l’anglaise


Deux faits marquent l’actualité de notre spécialité en cette fin d’année : le vote final du budget de la Sécurité sociale pour 2017 (Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2017) et le rapport de la Cour des comptes sur la Sécurité sociale. L’Assemblée nationale a donc voté la LFSS pour 2018 sans retenir la plupart des amendements votés par le Sénat, y compris ceux présentés par la FNMR. Cette attitude met en doute la volonté de « changer le logiciel », défendue pendant les campagnes électorales récentes, de remettre en cause la politique des baisses tarifaires récurrentes. Dans le même temps, le ministère « rembourse » 150 millions aux établissements hospitaliers…

Ce texte prévoit aussi une part essentielle à la recherche d’une meilleure pertinence des demandes d’examens et des actes. Selon Agnès Buzyn, ministre de la santé, la mise en œuvre de la pertinence devrait faire économiser entre 20 et 30% des dépenses.
Il faut rappeler que la FNMR a demandé depuis plus de 15 ans à la Caisse Nationale d'Assurance Maladie (CNAMTS) de mettre en place des formations des médecins demandeurs sur ce sujet. Chaque fois, il y a eu un refus catégorique. Une fois de plus notre Fédération était précurseur en matière d’amélioration de la prise en charge des patients.

C’est ce moment que la Cour des comptes choisit pour publier son rapport sur la sécurité sociale.
Ce texte est une attaque directe et sans faux semblant contre la médecine libérale.
La vision de cette instance est méprisante envers nous, médecins libéraux, à toutes les pages. Une des recommandations de cette Cour est que les médecins travaillent encore plus ! Tous les acteurs de la santé constatent le burn-out qui touche les professions de santé. Une clinique psychiatrique spécialisée vient d’ailleurs d’ouvrir mais ce n’est manifestement pas suffisant. A-t-on déjà entendu parler de burn out chez les membres de la Cour des comptes ?
Le seul point positif de ce rapport est qu’il a fait l’unanimité contre lui de l’ensemble des professions en rapport avec la santé, depuis le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM) jusqu’aux syndicats professionnels ou d’internes et même du Directeur général de la CNAMTS.
Depuis 20 ans, cette agence d’état, la Cour des compte, n’a qu’une idée, c’est voir disparaitre la médecine libérale telle que les français la veulent, au plus près d’eux, pour mettre en place la médecine à l’anglaise telle que la rêvait Alain Juppé en 1995.
Cette attaque, tellement grossière et excessive qu’elle en devient ridicule, décrédibilise un peu plus cette institution qui devrait être impartiale.

Ces dernières semaines, nous vous avons demandé d’aller à la rencontre de vos élus pour défendre le projet de la Fédération pour une nouvelle imagerie médicale libérale. Ce n’en n’est que plus important maintenant. Nous devons les informer réellement de l’état de la santé en France et notamment de celui de la radiologie, notre spécialité, pour couper court à ces tentatives de désinformations malsaines à mille lieux de l’amélioration de la prise en charge de nos patients.

Je compte sur vous.


Dr Jean-Philippe MASSON
Président de la FNMR