2022, ENSEMBLE.

03/01/2022

Il y a un an, on pouvait espérer que la vaccination généralisée de la population française permettrait de revenir rapidement à une vie normale.

Hélas, l’égocentrisme d’une minorité antivaccin a retardé ce retour.

La conséquence pour nos patients est importante.

Malgré les efforts des médecins radiologues dans leurs centres d’imagerie, les retards de diagnostic entrainés en 2020 ne sont pas comblés.

Le Ségur de la santé, en réalité celui de l’hôpital, a totalement ignoré la médecine libérale en général et la radiologie en particulier. Une fois de plus, les mesures prises sont à sens unique et amplifient la pénurie des manipulateurs, collaborateurs indispensables dans notre spécialité.

Les discussions avec la CNAM et le Ministère n’ont toujours pas permis l’abrogation de l’article 99.

Tout au long de l’année écoulée, la FNMR a défendu notre profession.

L’évolution du régime des autorisations en radiologie interventionnelle et en imagerie en coupe a abouti à un texte équilibré qui sera publié début 2022. Il devrait donc être plus aisé d’obtenir des autorisations d’IRM et de scanner.

La réforme de la facturation des actes réalisés dans les structures de radiologie rattachées à un service d’urgence a également permis d’obtenir un résultat satisfaisant pour les radiologues concernés.

Le déploiement du DMP, au point mort depuis pratiquement 20 ans, va enfin avoir lieu, sans aucun coût supplémentaire pour les radiologues.


Cette année a vu aussi un rapprochement important de notre Fédération avec les associations de patients.

Ensemble, nous allons pouvoir amplifier le dépistage du cancer du sein et défendre la mise en place de celui du cancer du poumon.

2022 verra la poursuite de la négociation d’un nouveau plan de maitrise médicalisée avec la CNAM, sans baisses tarifaires que la FNMR refuse catégoriquement.

2022 doit marquer un nouvel élan de DRIM France IA avec, notamment, la labellisation des nombreux outils d’IA qui inondent le marché sans évaluation.

2022 sera aussi une année électorale en France La FNMR sera très vigilante et demande d’ailleurs à tous les candidats de mettre la réforme du système de santé au cœur de leurs programmes La FNMR leur rappelle la place centrale de notre spécialité dans la prise en charge des patients.

Comme beaucoup d’autres organisations professionnelles nous appelons à la tenue d’un véritable Grenelle de la Santé où la médecine libérale, indispensable et de qualité, qui représente 60% de l’activité médicale en France ait sa juste place.

2022 doit être l’année de la reprise d’une vie normale.

La FNMR, forte de ses membres et de son unité, comme toujours, assurera la défense de notre spécialité, la radiologie, indispensable à la bonne prise en charge des patients. 

Je vous souhaite, au nom du bureau et du conseil d’administration de la FNMR une bonne année 2022.